Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Aménagement — Le 12 avril 2018

Les stations iséroises prennent le XXIe siècle à bras-le-corps

À la croisée de multiples changements, les stations de montagne redoublent d’un dynamisme qui se traduit notamment par d’importants projets immobiliers, la rénovation des équipements et la garantie de la neige. Autant d’enjeux qui agiteront la nouvelle édition du salon Mountain Planet, du 18 au 20 avril prochain à Alpexpo.

© Aktis Architectes & Urbanistes

Après le Chamois d’Or, un deuxième cinq étoiles scintillera d’ici la fin de l’année à L’Alpe-d’Huez : le Daria I Nor, composé d’un hôtel d’une quarantaine de chambres et d’une résidence hôtelière de 300 lits. Traduction concrète d’une montée en gamme de la station, au même titre que deux autres gros projets en cours : une résidence hôtelière de 1 500 lits près du Palais des sports et l’opération d’agrandissement-rénovation du Club Med, qui investit près de 85 millions d’euros dans la station de l’Oisans. Pour François Badjily, directeur de l’office de tourisme de L’Alpe d’Huez, ces projets répondent surtout à “la nécessité de remplacer les lits froids, c’est-à-dire ces appartements vieillissants, occupés moins de trois semaines par an, qui génèrent de moins en moins de retombées économiques”.

© L. Salino
© L. Salino

Cette problématique est examinée aussi dans la station voisine des Deux-Alpes, qui fait face de surcroît à la raréfaction du foncier disponible. “Nous devons à la fois optimiser le remplissage de l’existant et lancer de nouveaux projets immobiliers”, confie Didier Bobillier, directeur général de Deux- Alpes Loisirs. Avec la Caisse des Dépôts, la deuxième plus grande station de l’Isère a créé la Foncière des Écrins pour l’organisation des opérations de rénovation, tandis que la société SC2A, avec un statut d’agence de voyage, se chargera de la commercialisation des appartements à l’internationnal. D’ici cinq ans, la station des Deux-Alpes prévoit également la construction de 3 000 à 4 000 lits supplémentaires.

Gagner en attractivité toute l’année

© L. Salino
© L. Salino

Au-delà des indispensables travaux de requalification, les stations iséroises cherchent aujourd’hui à offrir un nouveau visage, plus attractif et cohérent avec les objectifs réglementaires de réduction de CO2. Une intention pleinement affirmée lors de l’AG de la CCI Grenoble, le 25 janvier dernier. En pole position sur ces enjeux, Chamrousse prépare un programme complet de transformation écologique. “Chamrousse 2030 s’oriente sur un modèle économique 100 % EnR, basé sur différents systèmes de production et de récupération d’énergie sur site, une télécabine entre la ville et la montagne, une connexion par câble entre les deux pôles de la station…”, énumère Serge Khavessian, ancien AMO de Chamrousse.

En pariant à la fois sur le tourisme de loisirs et d’affaires, de destination et de proximité, la station de Belledonne aura d’ici 2021 entièrement renouvelé son bâti sur le secteur du Recoin. De son côté, tout en cherchant à limiter la circulation automobile en son cœur, L’Alpe-d’Huez s’active à la construction d’un TCSP (transport collectif en site propre), soit une télécabine de 2 kilomètres qui permettra dès la fin de l’année de raccorder le village d’Huez à la station. Un téléporté est également à l’étude à Villard-de-Lans, qui pourrait relier son centre à son domaine de ski alpin. La station du Vercors a engagé un plan pluriannuel d’investissement pour une adaptation repensée des équipements du bourg, et mise sur son espace nordique pour diversifier l’offre d’activités sur les quatre saisons. “Notre ambition est de conforter l’économie du ski en réduisant notre dépendance à la neige”, insiste Didier Lalande, directeur adjoint de l’office de tourisme.

La neige, facteur d’avenir

L’optimisation des conditions de glisse reste bien sûr une préoccupation majeure pour les stations. Celles de moyenne altitude se sont lancées ces dernières années dans la neige de culture, à l’instar d’Autrans-Méaudre et Lans-en-Vercors, pour sécuriser la glisse du bas des domaines. Villard-de-Lans, qui envisage l’extension de la retenue collinaire de la Moucherolle, garde aussi en tête un projet de snowfarming au pied des pistes : un “frigo” naturel pour conserver la neige d’une saison à l’autre. Les plus grandes poursuivent aussi leurs efforts, comme Les Deux-Alpes : “Seul 15 % du domaine des Deux-Alpes est équipé en enneigeurs. Nous devons arriver à 35 % dans les prochaines années si l’on veut continuer à sécuriser notre offre et fidéliser nos clients”, pointe Didier Bobillier. Le Département accompagne financièrement ces projets de production raisonnée de neige de culture, considérant celle-ci comme “seule technique pour garantir aujourd’hui le bon fonctionnement des domaines, nécessaire à la pérennité de l’économie de montagne”. Tout en menant une réflexion avec 70 experts sur la station du futur, le Département prépare également un document cadre sur la faisabilité économique et écologique des futurs projets de neige de culture. L’Alpe-d’Huez a pris les devants en installant cet hiver 70 enneigeurs de dernière génération, plus économes en eau pour une efficacité triplée.

Le Département soutient également le projet de liaison téléportée entre les deux stations majeures de l’Isère, et qui pourrait faire de l’union entre L’Alpe-d’Huez et Les Deux-Alpes l’un des plus grands domaines skiables du monde, à l’horizon 2021. Une sorte de “mariage blanc”, négocié pour séduire les voyagistes internationaux.
R. Gonzalez

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner