Digital Grenoble - La dynamique du numérique en marche



Avec la labellisation de la candidature grenobloise en novembre dernier, c’est toute une région qui se mobilise autour des enjeux du numérique. Avec ce mot d’ordre : créer de nouveaux champions, générateurs d’emplois et de valeur ajoutée pour le territoire.


© Fotolia
Les acteurs grenoblois en rêvaient. La qualité de la candidature et du collectif local l’a fait : le 12 novembre 2014, la capitale des Alpes comptait parmi les premières villes recevant le label French Tech décerné par le secrétariat d’État au Numérique. À ses côtés figurent les plus grandes métropoles françaises : Aix-Marseille, Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Rennes et Toulouse. Selon l’avis d’experts bien informés, la candidature grenobloise s’est distinguée comme l’un des meilleurs dossiers au plan national. “Nous ne constituons peut-être pas l’écosystème du numérique le plus important en nombre d’entreprises ou d’emplois, mais nous sommes certainement l’un des plus complets”, remarque Jean-Pierre Verjus, pilote de la candidature et président de Digital Grenoble.

L’ADN du dossier grenoblois : une ville historiquement numérique
À l’appui de cette affirmation, les caractéristiques uniques de la région grenobloise : avoir contribué au développement de l’informatique en France dès les années 60-70 (grâce notamment à la présence de Capgemini, de Bull – aujourd’hui Atos-Bull – et de HP) et réunir à la fois software et hardware. Le premier pôle est servi par des entreprises telles qu’Atos, Capgemini, Orange, Xerox RCE, ou des éditeurs de logiciels comme Bonitasoft, Cabrilog, Corys Tess, Digimind, Hardis, Metrologic, Winsoft. Le second est historiquement représenté par des acteurs comme HP, Bull, STMicroelectronics.
Ces deux mondes, qui avaient peu l’occasion de se rencontrer jusqu’aux années 90, se sont progressivement rapprochés à la faveur de la convergence du matériel et du logiciel. Une
tendance qui s’est encore renforcée avec l’essor des systèmes intelligents embarqués et des objets connectés. À ces acteurs se sont en outre ajoutés les entreprises de services numériques et les spécialistes du e-commerce comme Spartoo, Photoweb, Made in design, Evioo... En intégrant cette fois les établissements de formation et de la recherche publique, l’écosystème numérique apparaît particulièrement dense, et cela dans toutes ses composantes. Une situation idéale pour forger une candidature !

© FotoliaUne vocation numérique tracée dès 2010
Le deuxième atout du dossier grenoblois a sans conteste été celui de la vision et de l’anticipation. Dès 2010, une première mission était en effet confiée à Jean-Pierre Verjus par la vice présidente à l’Économie de la Métro, Geneviève Fioraso, pour caractériser l’état des forces en présence dans le domaine de l’informatique et du logiciel à Grenoble. “C’est alors qu’apparaît le terme de numérique et que survient la prise de conscience d’une réalité tangible dans ce domaine”, commente Cyril Isabello, chef du service innovation et compétitivité à Grenoble-Alpes Métropole. Dès lors, les premières étapes ont été enclenchées : élargissement du champ d’action du pôle de compétitivité Minalogic au logiciel, installation d’une antenne de l’Inria Rhône-Alpes sur la Presqu’île scientifique pour sceller l’interaction entre les compétences numériques et les micro et nanotechnologies. En parallèle et au plan national, couraient les premiers bruits d’un appel à projet gouvernemental autour du concept de quartier numérique. Il allait bientôt devenir l’initiative French Tech, sous l’action volontariste de Fleur Pellerin, ministre déléguée, et Axelle Lemaire, secrétaire d’État, chargées du numérique. “Quand l’appel à projet national a été lancé en 2013, la prise de conscience, ici à Grenoble, était déjà profonde”, énonce Jean-Pierre Verjus. Dès lors, tout était prêt pour l’obtention d’une mobilisation maximale.

© FotoliaL’élan suscité par la candidature
Sur ce plan encore, tous les espoirs ont été dépassés. “Nous étions 10 lorsque j’ai démarré la mission à la demande de la Métro en 2013. Nous avons terminé à 600 un an plus tard !”, témoigne Jean-Pierre Verjus. La candidature lancée par la Métro en association avec la CCI de Grenoble a rapidement été rejointe par le Grésivaudan, le Voironnais, le Vercors, le conseil général de l’Isère, et son attractivité rayonne bien au-delà. La force d’image de la candidature French Tech a fédéré de nombreux dirigeants emblématiques de la région, mais aussi et surtout la communauté des start-up désirant trouver dans ce collectif les moyens de se rencontrer, partager, et développer des axes de travail en commun. La labellisation intervenue le 12 novembre 2014 ne constitue dès lors que la reconnaissance d’un état de fait. C’est une nouvelle extrêmement réconfortante pour l’économie de notre agglomération, saluait alors Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. Nous le savons, la filière numérique constitue l’ des réponses à la question des futurs gisements d’emplois pour notre pays.” La CCI de Grenoble s’est affirmée dès le début comme partenaire majeur pour assurer le lien avec les entreprises, et contribue avec l’implication de plusieurs ressources internes au déploiement du projet.

L’écosystème en effervescence
L’accueil favorable apporté par le Gouvernement a encore été transformé par la rapidité avec laquelle Digital Grenoble a amorcé ses premières actions. En décembre 2014, soit un mois après la labellisation, l’association Digital Grenoble était créée et formalisait sa gouvernance. Des groupes se sont mis à l’œuvre pour travailler sur cinq grandes priorités : transformation juridique de l’association en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), installation au Totem (bâtiment Orange) dès septembre 2015, mise en place des accélérateurs de croissance, concrétisation d’un Small Business Act signé par de grands groupes et des collectivités territoriales, valorisation de l’attractivité de la place numérique grenobloise. Autant d’actes démontrant la volonté d’avancer de toute une communauté rassemblée sous la bannière Digital Grenoble
E. Ballery


Chiffres clés de Digital Grenoble
  • 618 membres
  • 350 entreprises
La filière numérique à Grenoble
  • 40 000 emplois, dont 15 000 dans l'informatique et le logiciel
  • 6 000 étudiants
  • 2 000 chercheurs
  • 2e pôle informatique français 

 
 Agenda
Evenement
 
Recherche
article
 
Palmarès entreprises
 
Abonnement
papier/web

  Suivez-nous sur :


Fil d'info

  • 24.05 - Abeeway rachetée par Actility  >>

    Abeeway rachetée par Actility

    24 mai 2017

    La startup meylanaise Abeeway, créée par Florian Sforza et spécialiste de la géolocalisation basse consommation, a été rachetée par une autre start-up, Actility , leader dans l’industrie des réseaux étendus à faible puissance (LPWA). Les deux sociétés avaient noué un partenariat en début d’année. Cette acquisition donne à la société parisienne un avantage sur le marché de la géolocalisation des objets connectés.

     

  • 24.05 - Thierry Court sacré "Meilleur pâtissier"  >>

    Thierry Court sacré "Meilleur pâtissier"

    24 mai 2017
    La gastronomie iséroise sait se faire distinguer. Le pâtissier-chocolatier grenoblois Thierry Court a remporté, mardi 23 mai, la finale de l’émission « Le Meilleur Pâtissier - Les Professionnels » sur M6. Après Jérémie Izarn, chef de La Tour des Sens, sacré Top chef 2017 et issu des rangs de l’IMT, ce sont à nouveau des isérois qui se sont illustrés. La brigade de Thierry Court comptait ainsi un autre surdoué de la pâtisserie, formateur à l’IMT, Martial Lecoutre.  
  • 23.05 - 31 mai : Journée Job Dating chez Airria  >>

    31 mai : Journée Job Dating chez Airria

    23 mai 2017

    Airria ouvre les portes de son siège de Meylan, mercredi 31 mai de 9h à 17h. Son objectif est de dépasser les frontières classiques du recrutement. Le spécialiste en installation et maintenance des systèmes communicants et objets connectés recherche plusieurs collaborateurs pour ses agences de Rhône-Alpes et notamment de Grenoble, dans différents secteurs : informatique, commerce, sourcing, électrotechnique…

     

  • 22.05 - Les étudiants roulent propres grâce à Cetup  >>

    Les étudiants roulent propres grâce à Cetup

    22 mai 2017

    Cetup reçoit 70 étudiants mardi 30 Mai, dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable, pour leur faire découvrir les véhicules propres. Depuis plus de 25 ans, Cetup investit dans ce domaine avec des véhicules électriques ou roulant au gaz, au bio éthanol, ou à pile hydrogène.  

     

    Lire la suite sur Grenoble Ecobiz

  • 15.05 - Frédéric Hello, directeur de l'agence Economie sociale et solidaire de la CERA  >>

    Frédéric Hello, directeur de l'agence Economie sociale et solidaire de la CERA

    15 mai 2017

    Jusqu’ici directeur du marché des professionnels et des associations de proximité au sein de la Caisse d'Epargne Rhône Alpes, Frédéric Hello a été nommé directeur de l'agence Economie sociale et solidaire de l’établissement en région. La CERA est un partenaire privilégié de l’ESS qu’elle soutient  fortement depuis plusieurs années.

     


Elles recrutent

  • 23.05 - 31 mai : Journée Job Dating chez Airria  >>

    31 mai : Journée Job Dating chez Airria

    23 mai 2017

    Airria ouvre les portes de son siège de Meylan, mercredi 31 mai de 9h à 17h. Son objectif est de dépasser les frontières classiques du recrutement. Le spécialiste en installation et maintenance des systèmes communicants et objets connectés recherche plusieurs collaborateurs pour ses agences de Rhône-Alpes et notamment de Grenoble, dans différents secteurs : informatique, commerce, sourcing, électrotechnique…

     

  • 11.05 - 31 mai : My Job Casting alternance   >>

    31 mai : My Job Casting alternance

    11 mai 2017

    Mercredi 31 mai, de 14h à 18h, le Pôle formation des industries technologiques de Moirans propose un job casting pour permettre aux candidats de trouver un emploi en alternance. Cet événement s’adresse aux élèves de CAP, Bac pro, BTS, Licence pro.
    Et le jeudi 1er juin, l’Udimec organise un job dating spécial Ingénieur (de 14h à 18h, dans ses locaux, à Grenoble).
    En savoir plus et s'inscrire.

     

  • 09.05 - Une Course des Garçons de Café pour promouvoir les métiers de l’Hôtellerie restauration  >>

    Une Course des Garçons de Café pour promouvoir les métiers de l’Hôtellerie restauration

    09 mai 2017

    La 2e édition de la Course des garçons de cafés, organisée par l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie de l’Isère (UMIH38), a lieu jeudi 11 mai, place Victor Hugo à Grenoble. Munis d’un plateau composé d’un café, d’une bière, d’un jus de fruit et d’un verre d’eau, les garçons de café, élèves des CFA et des écoles hôtelières et professionnels, s’élancent sur un parcours de 485 m autour de la place. En parallèle, les élèves des écoles hôtelières affichent leurs savoir-faire auprès du public : réalisation de cocktails, démonstrations de flambage et de découpe de fruits, cuisson de buns de volaille flambés à la Chartreuse… Cette année, l’emploi est mis à l’honneur : espace dédié avec offres d’emploi et possibilité de déposer son CV.

     

  • 25.04 - Hello Handicap, nouveau salon du recrutement en ligne   >>

    Hello Handicap, nouveau salon du recrutement en ligne

    25 avril 2017

    La première édition du salon du recrutement en ligne Hello Handicap se tient jusqu’au 28 avril. Développé par Handicap.fr, ce salon, destiné aux travailleurs handicapés, regroupe 60 entreprises et 15 000 offres d’emplois. Grâce à des algorithmes de matching, Hello Handicap permet un gain de temps et d’efficacité pour les candidats comme pour les recruteurs. Parmi eux, plusieurs disposent de sites ou établissements en région grenobloise telles Akka Technologies, Burger King (récemment implanté à Grenoble), Capgemini, Colas, Sogeti, le CEA, BNP Paribas, Enedis, la Fnac…

     


  • 03.02 - Alten recrute 25 collaborateurs  >>

    Alten recrute 25 collaborateurs

    03 février 2017

    Leader du marché de la R&D externalisée en France, le groupe Alten (CA 2015 : 1,5 Md€ ; 20 400 salariés dans le monde) recrute actuellement 25 personnes sur Grenoble et Lyon : des postes d’ingénieurs principalement, en électronique, systèmes embarqués, système d’information…

     

 

A lire en mai


La belle échappée de Time Sport International
 

Et notre supplément

Le Pays Voironnais, un territoire privilégié pour les entrepreneurs


Vidéo à la une