Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Experts — Le 2 juin 2017

Le temps est venu de sortir du “capitalisme trimestriel”

Hugues Poissonnier, professeur à Grenoble école de Management et directeur de la recherche de l’Irima. © M. Brichet

Nombre d’adjectifs ont été associés au capitalisme : actionnarial, financier, zinzin (comme l’exprimait notamment Erik Izraelewicz*), cognitif, humaniste… La plupart du temps, le caractère relativement péjoratif de l’association est destiné à pointer les dérives observées ou supposées des évolutions constatées. Popularisée lors de la dernière campagne électorale américaine par Hillary Clinton, l’expression “capitalisme trimestriel” est attribuée à Andrew Haldane, chef économiste de la Banque d’Angleterre, qui l’aurait utilisée pour la première fois en 2011. Elle décrit les dérives d’une recherche accrue du profit à court terme (en référence à l’échéance de la fin du trimestre) aux dépens de la croissance à long terme.

Des effets incontestablement délétères

Une manifestation très simple de la focalisation excessive sur le court terme réside aujourd’hui dans la nette augmentation des dividendes et des programmes de rachats d’actions en vue de rémunérer les actionnaires. Une conséquence purement opérationnelle de la courte vue est de systématiquement privilégier les décisions de nature à améliorer le résultat et/ou la trésorerie, au détriment de la préparation de la croissance à venir, via notamment l’entretien de relations pacifiées et fertiles avec les fournisseurs, les salariés ou les clients. Bien sûr, il ne s’agit pas ici de remettre en cause la rémunération des actionnaires sans lesquels l’entreprise n’existerait pas. Le problème survient lorsque cette dernière se fait au détriment des investissements en capex (dépenses d’investissement) ou en innovation. Sur ce point, les chiffres avancés dans une étude récente de S&P sont édifiants : en deux ans, les dividendes ont progressé de 21 %, les rachats d’actions de 45 % et le capex de seulement 11 %. C’est l’augmentation de l’écart qui est préoccupant.

Évidemment, de tels chiffres ne concernent et ne sont mesurés que dans les grandes entreprises. Les effets de diffusion de la focalisation sur le court terme dans toute l’économie sont néanmoins réels. En exigeant une amélioration des performances à court terme, notamment au niveau des coûts, de la part des fournisseurs par exemple, on incite ces derniers à trouver des solutions dans l’urgence et à exercer les mêmes pressions sur leurs propres fournisseurs. PME et TPE n’entrent qu’avec un très léger retard dans les mêmes logiques court-termistes que nos grandes entreprises.

“Lever le nez du guidon”

Compétitivité (une vision à long terme de la performance de l’entreprise) et rentabilité (une vision à plus court terme) sont intrinsèquement et vertueusement liées, puisque la rentabilité permet d’investir et de développer la compétitivité qui, à son tour, permet de renforcer la capacité à générer des bénéfices. Une focalisation excessive sur les performances à court terme (la rentabilité donc) empêche le cercle vertueux décrit de se mettre en place sur la durée. Les raisons des dérives évoquées sont connues. L’une d’elles, plus importante sans doute que l’expression des attentes légitimes des actionnaires, réside dans le climat d’incertitude renforcé dans lequel opèrent les entreprises.

Sur ce point, la responsabilité politique est grande. Dans la difficulté d’anticiper les réformes à venir et donc d’opérer de réels choix sur le long terme, les dirigeants ont tendance à faire du mieux qu’ils peuvent et à optimiser leurs décisions sur un horizon temporel court. Les amateurs de cyclisme savent pourtant bien qu’on ne gagne pas le Tour de France en sprintant.

Et si le vrai changement politique résidait dans la visibilité donnée aux entreprises ?

Au-delà de la personnalité et des orientations politiques déjà clairement exprimées par le président Macron, un réel cadeau qui pourrait être fait aux entreprises résiderait sans doute dans une visibilité plus grande qui leur serait donnée, au moins pour les cinq années à venir. Les impacts des choix de plus long terme alors rendus possibles pourraient s’avérer plus essentiels que beaucoup de mesures cosmétiques relativement stériles en termes de croissance.

* Le capitalisme zinzin, Erik Izraelewicz, Éditions Grasset, 1999.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Language
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner