Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Economie verte / Smart city — Le 1 septembre 2022

Le SMMAG : une course contre le temps

Acteur incontournable de la mobilité sur le territoire, le SMMAG pense et développe toutes les formes de mobilités collectives dans le but d’offrir à la population de l’aire grenobloise un large choix de modes de transport. Une mission qu’il conduit dans une vision à double temporalité.

Sylvain Laval, président du SMMAG, dont le champ d'action regroupe les intercommunalités de Grenoble Alpes Métropole, du Grésivaudan et du Pays Voironnais © F. Ardito

À l’heure où la transition écologique impose de remettre en question les systèmes de transport existants, le Syndicat mixte des mobilités de l’aire grenobloise préfère plutôt agir en imaginant et en développant des solutions complémentaires. Tout en s’inscrivant dans une démarche de réduction de certains usages, comme la voiture par exemple. « Nous ne devons pas opposer des formes de mobilités aux autres, mais plutôt proposer des solutions qui permettront de multiplier les offres, défend Sylvain Laval, président du SMMAG. Nous ne pouvons imposer à une personne d’arrêter de prendre sa voiture sans lui proposer en face des réponses adaptées et crédibles. » Le syndicat mène alors une politique principalement axée sur la multimodalité dans le but, à l’avenir, de desservir tous les habitants de l’aire métropolitaine sans exception. « La couronne et le centre sont bien desservis, mais nous devons accélérer notre offre de services pour les résidants périphériques et des territoires voisins. Le besoin n’est pas nouveau néanmoins, il s’exprime de plus en plus fort aujourd’hui et nous devons combler cette faiblesse sur ces zones précisément. » L’idée étant de proposer des alternatives à l’automobile qui « n’est pas forcément le modèle le plus idéal, malgré son virage technologique important », justifie Sylvain Laval.

Du court et du long terme

La vision du syndicat est de trouver des solutions rapidement applicables et dans un temps court, et de l’autre travailler sur des projets à plus long terme. Concrètement, des pistes cyclables, des lignes de covoiturage, des vélos et trottinettes électriques en libre-service (plus de 4 000), le Pass’Mobilité ou encore un pôle d’échange multimodal sont « moins » contraignants à développer qu’une ligne de tramway. Sans compter le ferroviaire (plus de dix ans) pour lequel Grenoble attend impatiemment l’engagement financier de l’État et la Région Auvergne-Rhône-Alpes. « Le sujet est majeur pour notre territoire, car il est un mode de déplacement qui permet de transporter le plus de personnes. Le projet a pris du retard et nous attendons maintenant la présentation du Plan État-Région pour avancer », commente Sylvain Laval. C’est la raison pour laquelle le SMMAG avance en parallèle sur toutes les autres formes de mobilité. « Cela fait partie de notre ambition, mais il y a beaucoup de travail à réaliser pour repenser la multimodalité. »

R. Charbonnier

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire
Format de texte

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Email html

Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Leave this field blank

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner