Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Made in Alpes — Le 1 octobre 2019

Graaly invite à mener l’enquête

© Graaly

La jeune société fondée en mai dernier, à Meylan, par Éric Mathieu, Valérie Gondre et Maxime Pacary, lance une application mobile pour découvrir des sites touristiques et culturels de façon ludique. Une quinzaine d’enquêtes sur Grenoble et Romans sont actuellement disponibles sur Google Play et l’AppStore, parmi lesquelles les mystères du ciment grenoblois, chasse aux fantômes au cimetière Saint-Roch, étranges phénomènes aux Halles Sainte-Claire… L’objectif des fondateurs est bien entendu d’étendre le réseau à d’autres villes. Graaly s’appuie sur la réalité augmentée, mais pas uniquement. Énigmes, puzzle, QCM, memory, QRCode, l’appli utilise différentes ficelles pour susciter l’intérêt du joueur.

La start-up cible les professionnels du tourisme (office de tourisme, stations de ski, musées…) ainsi que les commerçants. Par ailleurs, particuliers et professionnels peuvent créer leur propre enquête et la rendre publique ou bien la restreindre à un accès privé.

L’application est gratuite, mais Graaly propose une offre premium pour ceux qui souhaitent accéder à des options de personnalisation plus poussées. Certaines enquêtes pourront également être payantes selon le souhait de leurs créateurs.

F. Combier

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner