Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Start-up — Le 11 juillet 2022

Meropy veille sur les parcelles

Issue de la rencontre de deux amis d’enfance et de la volonté d’apporter une surveillance accrue des cultures notamment céréalières, la start-up crolloise Meropy a mis au point Sentiv. Soit un robot autonome bardé de capteurs, pour suivre précisément l'évolution des parcelles.

Guillemin Raymond et William Guitton, cofondateurs de la start-up © Meropy

Autonome, relativement léger, résolument écoconçu et n’abîmant pas les cultures, le robot SentiV développé par la jeune pousse crolloise Meropy, commence à percer dans le monde de l’agriculture. À l’origine de cette innovation, deux amis d’enfance, William Guitton, ingénieur agronome, et Guillemin Raymond, spécialisé dans l’électronique. « Au départ, c’était juste un hobby » soulignent les cofondateurs de Meropy et, quitte à faire un projet ensemble, « autant qu’il soit utile ! ». Un premier croquis esquissé, et quelque temps plus tard sort la première version de SentiV. « Il se présente comme un robot d’une autonomie de huit heures, équipé de différents capteurs et d’une caméra endoscopique accrochée à une canne permettant de voir sous les feuillages. Haut sur roues, il enjambe les cultures sans les abîmer, avec pour objectif de mettre en lumière la variabilité intraparcellaire, tout en permettant à l’agriculteur d’indiquer quand il doit intervenir, et où. »

Limiter l’usage d’engrais et de pesticides

Créée en septembre 2019, Meropy vise principalement les producteurs de céréales. « Guidé par GPS, SentiV est capable de détecter les adventices, les maladies, les ravageurs et le phénotypage de la plante. Les données récoltées sont transmises à un logiciel qui, via des algorithmes d’intelligence artificielle, établit une carte précise indiquant les éventuels problèmes à traiter sur une parcelle et d’optimiser l’usage de pesticides et d’engrais », poursuit William Guitton. La start-up, lauréate 2021 du Réseau Entreprendre Isère, a bénéficié au total de 1 M€ de subvention. Elle débute sa phase commerciale avec des clients grands comptes, notamment des coopératives et des semenciers.

L. Marchandiau

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Leave this field blank

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner