Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Classement — Le 9 décembre 2019

Leader de l'année : Atos bâtit un campus référent en intelligence artificielle

Le leader international de la transformation digitale emploie 930 collaborateurs en région grenobloise. D’ici 2024, Atos compte dépasser 1300 personnes, et crée un centre de compétences européen sur les thèmes liés à l’intelligence artificielle. Un investissement majeur commenté par le directeur des sites de Grenoble et Échirolles, Olivier Gau.

Anne de Darassus, DRH, et Olivier Gau directeur, des sites de Grenoble et Échirolles © F. Ardito

Après la fusion en 2014 entre Atos et Bull, les deux sites locaux emploient 930 personnes en 2019, et la prévision s’élève à plus de 1300 personnes d’ici 2024.

Qu’est-ce qui explique une telle évolution ?

Olivier Gau : Cela est dû à une dynamique forte sur nos métiers historiques : d’abord l’énergie, qui occupe 400 personnes, positionnées sur l’hydraulique, le contrôle commande pour le nucléaire en France et l’international, et les smart grid pour le transport et la distribution électrique. Atos fournit par exemple des solutions pour le transport, la distribution de l’énergie, la gestion des données de comptage et l’optimisation des consommations d’énergie, essentielles à l’heure des réseaux distribués et de la montée des énergies renouvelables. Nos expertises en traitement des big data et cybersécurité sont ici capitales.

Le deuxième métier correspond au virage important, pris par Atos à Grenoble, sur le cloud et les supercalculateurs. Ces deux activités font appel aux technologies de l’intelligence artificielle, c’est-à-dire au développement d’architectures de logiciels s’inspirant des réseaux de neurones, pour apporter puissance de calcul, rapidité dans le traitement des données et apprentissage par l’expérience… 300 personnes sont dédiées à ces activités. Enfin, près de 200 collaborateurs se consacrent aux activités de services numériques pour nos clients situés en proximité, ce qui fait de Grenoble l’un des cinq premiers sites français du groupe sur ce métier.

Pourquoi cette focalisation sur les défis des supercalculateurs et de l’intelligence artificielle ?

OG : Que ce soit dans l’énergie, les transports, la santé, la distribution ou l’industrie, via la multiplication des capteurs et des objets communicants, nous entrons dans une économie orientée données. Le groupe Atos compte parmi les cinq grands acteurs mondiaux capables de stocker, traiter, analyser ces grands volumes de datas. Selon le cabinet d’analystes IDC, en 2025, ces données correspondront, en stockage sur disques Blu-ray, à une pile de disques équivalant à 23 fois le trajet de la Terre à la Lune… Cette explosion de datas soulève nombre de questions, notamment au niveau environnemental. En 2050, 20 % de la production mondiale d’énergie pourrait être affectée à la seule alimentation des systèmes informatiques. Dès aujourd’hui, le groupe Atos se distingue par une innovation de rupture : un système de refroidissement basé sur des flux de circulation d’eau localisés au niveau des microcalculateurs, qui génère des gains énormes en consommation d’énergie. En tant qu’acteur européen, nous nous différencions aussi par une stratégie de RSE et la volonté d’apporter de la confiance dans ce nouvel espace informationnel. À Grenoble, une cinquantaine d’experts travaillent déjà sur les technologies d’intelligence artificielle. Nous avons la volonté de porter cet effectif à plus de 200 experts d’ici 2024, pour bâtir le premier centre de compétences européen dans ce domaine.

C’est l’objet du futur campus dont la première pierre a été posée le 9 octobre dernier ?

OG : Oui. Compte tenu de l’attractivité de l’écosystème et du nombre de formations de pointe à Grenoble, la direction du groupe a perçu l’intérêt de créer un centre à rayonnement international. Dans la guerre des talents que se livrent les grands acteurs, il est devenu essentiel d’attirer et de fidéliser ces nouvelles compétences. À partir de Grenoble, nous pourrons agréger des collaborations avec des expertises réparties en Europe et dans le monde. Nous contribuerons également aux travaux de l’institut MIAI Grenoble Alpes, et sommes déjà en capacité d’apporter une solution Atos, le Bull Sequana Edge, pour rendre disponible l’intelligence artificielle à la communauté grenobloise. Ce serveur est l'un des plus performants au monde pour traiter en toute sécurité les données fournies par l’industrie 4.0, les véhicules autonomes, les commerces, les aéroports…

Plus largement, le campus rassemblera, à Échirolles, les 1300 collaborateurs du groupe, dès 2021. Il s’agit de créer des lieux inspirants, favorisant la créativité, la convivialité, et adaptés aux nouvelles attentes de qualité de vie au travail.
É. Ballery

GROUPE ATOS

  • - Leader mondial de services numériques (cloud, cybersécurité, supercalculateurs)
    - 110 000 collaborateurs dans 73 pays (85 865 en 2014)
    - CA 2018 : 12 258 M€ (9 051 Md€ en 2014)
    - Quatre marchés principaux :
    • Industrie
    • Distribution et transports
    • Public (défense, éducation…) et santé
    • Télécoms, services financiers, médias
    et services aux collectivités.
    - Directeur général : Élie Girard ATOS GRENOBLE ET ÉCHIROLLES
    - 930 collaborateurs
    - Directeur des sites : Olivier Gau

A savoir

  • Le campus Iseran donnera une visibilité internationale à nos recherches en intelligence artificielle.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner