Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Tourisme d’affaires — Le 21 juillet 2022

Le musée de l’Eau fête ses 20 ans pétillants

Deux décennies après sa création parmi les maisons suspendues de Pont-en-Royans, le musée de l’Eau démontre toute la force de son idée fondatrice, à la confluence d’enjeux plus essentiels que jamais.

© E. Tolwinska

À la toute fin du XXe siècle, l’idée paraissait presque saugrenue : consacrer à l’entrée nord-ouest du Vercors un espace de plus de 4 000 m2 entièrement articulé autour de cet élément aussi fluide que vital. Pas forcément évident à concevoir, et pourtant l’architecte turinois Andrea Bruno et le scénographe Jean-Noël Duru ont relevé le pari lancé par Yves Pillet, alors maire de Pont-en-Royans, avec le soutien des collectivités locales et du Département. Jailli d’une ancienne friche industrielle en surplomb d’une Bourne limpide et poissonneuse, le musée de l’Eau ne se contente pas d’offrir un parcours muséographique interactif et sensoriel, richement documenté et actualisé en permanence. Il propose aussi un bar à eaux de 1 800 bouteilles du monde entier (où l’on apprend à savourer eaux « sèches », « grasses » et « mouillées » !), un restaurant dédié à la gastronomie locale de 120 couverts, sans compter les 150 autres de sa terrasse rafraîchie par les brumisateurs, et un hôtel trois étoiles d’une trentaine de chambres.

L’art et l’écologie dans le même courant

« La pertinence du projet est là : refusant tout élitisme, le musée de l’Eau s’est efforcé dès le départ de s’adresser à tous les publics, touristes, locaux, scolaires, entreprises, mais aussi scientifiques et artistes en résidence », résume son nouveau directeur Jean-Christophe Berrux, qui a succédé l’an passé à Bruno Vitte. Les 20 ans de la création du musée sonnent aussi l’heure d’un renforcement de sa dimension écologique. Après l’organisation en mai dernier de la première édition du Forum international des arbres et des hommes, le site accueille jusqu’au 30 octobre l’exposition Forest Arts Project, en partage avec le Couvent des Carmes (Beauvoir-en-Royans) et le Grand Séchoir (Vinay). Sous l’angle artistique, l’événement veut rappeler l’importance irremplaçable du couvert forestier pour préserver l’eau sur terre. Et démontre que l’énergie motrice du musée de l’Eau n’est pas près de se tarir.

R. Gonzalez

Infos clés

  • 4 128 m2 de superficie totale
  • 35 salariés en période estivale
  • 30 000 visiteurs sur 10 mois

A savoir

  • Le musée de l’Eau se veut aussi lieu d’échange et d’affaires pour les entreprises. Il propose une salle de conférence, des salles de sous-commission et espaces modulables, une visite privatisable et l’organisation de conférences sur mesure sur le thème de l’eau.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Leave this field blank

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner