Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Aménagement — Le 9 avril 2021

Les circuits courts avant tout !

C’est à New York, dans les années quatre-vingt-dix, qu’Isabelle Légé, alors étudiante en multimédia, adhère au premier supermarché coopératif alimentaire. Rentrée en France en 2000, elle fonde une société de conception de sites web. En parallèle, elle s’occupe l’été du chalet forestier de la Charmette, en Chartreuse, où elle propose une offre de producteurs locaux. En 2010, un voyage à Madère se révèle déterminant. « Je découvre que l’offre de restauration uniforme – mêmes enseignes, même alimentation que dans les villes américaines – est un danger pour l’avenir de nos sociétés. » Virage à 180 degrés donc, avec la création en 2011 de l’épicerie Locavore, dans le quartier Championnet à Grenoble. C’est une première en France. Aujourd’hui, l’épicerie distribue près de 140 producteurs du territoire. Elle s’inscrit dans les circuits courts, même si « je peux vendre par exemple du riz de Camargue pour mieux promouvoir la sauce tomate des producteurs locaux ». Elle met également au point une gamme d’épices locales, sous la marque Wurm.

Le soutien de la Métropole

En 2020, Isabelle Légé a réinvesti 80 k€ (CA : 280 k€) pour élargir l’offre de produits ultra-frais et la gamme traiteur. La Métropole a apporté son soutien dans l’acquisition d’un véhicule « propre » et le réaménagement du magasin (achat de matériel, accès PMR, refonte du site internet). « Parce qu’il est impossible de pousser les murs, l’étape suivante consistera à acquérir un autre local. » Quant à La Scop La Bonne Pioche, elle est née en 2016 au 2 rue Condillac, avec des valeurs proches : proposer la première épicerie de produits locaux sans emballage. Une démarche de financement participatif a permis de récolter 33 k€, complétée, entre autres, d’une aide à la création de la Métropole (10 k€). « Le nombre de petites contreparties obtenues au départ montre qu’il existe un réel engouement chez les Grenoblois. Beaucoup de nos contributeurs sont d’ailleurs toujours clients », témoigne Céline Perron, cofondatrice et associée de la Scop. L’épicerie emploie 7 salariés (dont 5 associés) et distribue les produits – alimentation, cosmétique, hygiène, accessoires, jeux, livres – de 170 à 180 producteurs locaux, essentiellement en vrac. « Nous restons en contact avec La Métropole pour partager nos réflexions sur notre organisation et notre développement. Par exemple, une partie du stockage de nos produits est assuré au MIN de Grenoble via Urby. »

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner