Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Ils font l'actu — Le 2 septembre 2019

Alma met de l’âme dans l’entreprise

En 40 ans, la scop Alma s’est développée sans jamais renier ses statuts de société coopérative. Son modèle de management concilie participation, épanouissement des salariés et performance économique. Une démarche exemplaire, saluée par les Trophées de la Paix économique, décernés le 14 mai par la chaire Mindfulness, bien-être au travail et Paix économique de Grenoble École de Management. Récit par Laurence Ruffin, PDG de l’entreprise.

Les Almatiens célébreront les 40 ans de la société le 10 octobre. © E. Tolwinska

Comment l’aventure a-t-elle commencé ?

Laurence Ruffin, PDG d'Alma : Au départ, ce sont des chercheurs en mathématiques de l’université de Grenoble qui ont mis en commun leurs travaux dans le domaine de l’optimisation de la production industrielle. Ils comptaient notamment comme terrain d’application les chantiers de l’Atlantique. Les premiers algorithmes ont bientôt donné naissance à des logiciels complets, puis intégré la 3D, la robotique, et maintenant la gestion intelligente des données dans le cadre de l’industrie 4.0. Sur ce cœur de métier, Alma s’inscrit parmi les leaders mondiaux des logiciels de FAO (fabrication assistée par ordinateur) pour la découpe, la tôlerie et la robotique.

Nos filiales et agences sont présentes à l’international (Italie, Allemagne, Espagne, Chine, Brésil, États-Unis, Singapour) où nous réalisons plus de 60 % de l’activité. Le rachat d’un éditeur allemand, en 2017, a permis de renforcer nos positions sur ce marché stratégique. Cette offre concentre une centaine de personnes, et de forts investissements en R&D.

Quelles sont vos trois autres activités ?

La crise majeure qui a frappé l’industrie en 2009 nous a conduits à réfléchir à des voies de diversification. La santé est apparue comme le secteur le plus complémentaire en termes de cycles. Nos gammes de logiciels s’adressent aux établissements hospitaliers, en sécurisant toute la chaîne de prescription, préparation, dispensation et administration des préparations pharmaceutiques, notamment pour les services de chimiothérapie, néonatalogie ou la prise en charge de la douleur.

Alma a aussi développé, pour répondre aux besoins des clients, deux activités de services devenues de vrais pôles d’expertise à part entière : les solutions collaboratives – intranet, gestion électronique de documents… qui apportent des solutions performantes visant à améliorer le travail d’équipe. Et enfin une offre systèmes et réseaux, afin d’accompagner les entreprises dans la conception et le déploiement de leurs infrastructures informatiques.

Un point commun est l’organisation en Scop…

Oui, et même en “scopettes” ! Le statut de société coopérative a été un choix réalisé dès 1979 par les fondateurs universitaires. Il s’accompagne de plusieurs caractéristiques : la détention d’au moins 51 % du capital par les salariés (100 % chez Alma) qui décident des grandes orientations de l’entreprise ; l’élection des dirigeants par les salariés associés ; un partage équitable des bénéfices, avec une part reversée à l’ensemble des salariés sous forme de participation, une autre pour les salariés associés (au nombre de 90, tous les salariés devenant associés après un an de présence) sous forme de dividendes, et 40 % des résultats mis en réserve.

La force d’une Scop, ce sont précisément ses réserves constituées au cours des années (11,6 M€ pour Alma), qui permettent d’investir, de réaliser des acquisitions ou d’amortir des périodes plus difficiles. Une Scop ne peut être délocalisée ni cédée. C’est un énorme avantage, à l’heure où nous voyons les entreprises actives sur nos marchés être rachetées, détenues, puis cédées de nouveau à des groupes ou fonds de pension.

Chez Alma, nous concilions le statut des Scop avec des équipes de 10 à 30 personnes regroupées en “scopettes”, centrées autour d’un métier ou d’une activité et dotées d’une grande autonomie de décision sur leurs sujets.

Ce mode de fonctionnement ne ralentit-il pas la prise de décision ? Comment fonctionnez-vous concrètement ?

En aucun cas ! Lorsqu’il s’est agi de faire des choix importants – lors du rachat de la société allemande ou du virage pris en 2010 sur la santé… – nous organisons des allers et retours d’informations, et la décision est entérinée en AG. Si l’on passe un peu de temps à entendre les points de vue différents, c’est pour mieux assurer ensuite une cohésion d’ensemble, qui génère une implication autour des décisions collectives.

Prenons un cas tout récent : en juin, nous avons vu quelques mouvements sur un terrain adjacent à nos bâtiments, qui nous intéressait pour réaliser une extension. Nous avons aussitôt été capables de prendre toutes les informations nécessaires auprès des propriétaires, de consulter les salariés associés, recueillir un avis favorable, réunir un conseil d’administration, faire une proposition de prix, et tout cela en moins d’une semaine !

Nous tenons à ce mix entre consultation et agilité. En outre, trois AG qui réunissent les salariés associés se déroulent dans l’année afin de préparer les grandes décisions. Un travail complet sur la stratégie se déroule une fois tous les trois ans. De même, les recrutements sont menés par les équipes, et validés par les responsables. Et notre fourchette des salaires s’étend entre 1 et 2,8… L’autonomie et des lignes directrices partagées sont la base de notre fonctionnement. Comme Alma est à nous tous et que 60 % des résultats sont redistribués, chacun est motivé pour que ça marche.

Cela génère de la performance ?

L’impact est direct ! Du fait de nos réserves et de nos résultats, Alma est cotée F3++ par la Banque de France. La société, loin des modèles court-termistes, promeut un mode de développement pérenne, tant dans sa stratégie, l’emploi que dans sa contribution à l’économie locale. Notre projet d’extension se fera d’ailleurs de façon concertée avec les acteurs du territoire pour imaginer des activités utiles pour tous, sur un terrain qui va au-delà de nos propres besoins.

É. Ballery

Infos clés

  • Création : 1979
  • Activité : Éditeur de logiciels et entreprise de services numériques
  • Quatre métiers :
    • Édition de logiciels pour l’industrie
    • Édition de logiciels pour la santé
    • Développement d’applications collaboratives
    • Intégration d’infrastructures informatiques
  • Saint-Martin-d’Hères
  • Effectif groupe : 161, dont 90 salariés associés au sein de la scop Alma
  • Effectif scop : 95
  • CA 2017-2018 consolidé du groupe : 16,8 M€ (+ 12 %)
  • CA scop Alma : 10,1 M€

A savoir

  • Nous sommes réactifs, performants et innovants, tout en étant coopératifs.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner