Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Industrie — Le 11 mars 2022

BeFC : une cellule bioenzymatique comme alternative aux piles miniatures

Une alternative aux piles lithium-ion, complètement malléable, écologique, à base de papier et d’enzymes, pour alimenter électriquement les petits objets ? C’est possible ! Cette innovation a été développée par la start-up grenobloise BeFC.

© J.-M. Blache

Réinventer le mode de fonctionnement d’utilisation des appareils électroniques jetables pour un avenir durable, tel est le leitmotiv de BeFC. Alors que l’électronique peuple notre quotidien, la start-up grenobloise, fondée en mai 2020, a mis au point une « technologie permettant d’alimenter de manière écologique et durable les applications électriques telles que des objets connectés (IoT) », confie Jean-Francis Bloch, directeur général de BeFC. La pépite capitalise sur une innovation développée au CNRS protégée par 6 brevets jusqu’à présent, et 16 en cours d’instruction.

Une alternative écologique aux piles lithium

Concrètement, la solution de BeFC repose sur plusieurs décennies de recherche effectuée au CNRS par Serge Cosnier, spécialiste de l’électrochimie moléculaire. Au détour d’expériences, il parvient avec son équipe à changer l’énergie du vivant en électricité, via des enzymes et des protéines naturelles présentes dans le corps. L’idée d’une pile fait son chemin et quatre autres chercheurs sont associés à ces recherches, dont Jules Hammond, Jean-Francis Bloch, Michael Holzinger et Andrew Gross, qui fondent ainsi BeFC. Ils développent alors une cellule bio-enzymatique composée de six couches – la dernière étant un blister avec un réservoir – à base de papiers carbone, de cellulose et de glucose. « Les enzymes immobilisés dans ces différentes couches jouent le rôle de catalyseurs naturels. Schématiquement, le glucose est transformé dans la bioanode en gluconolactone produisant un électron, la biocathode transforme l’oxygène en eau, et pour cela elle a besoin d’électrons. C’est ce qui crée le courant électrique. » D’une épaisseur de 0,6 mm et pouvant générer jusqu’à 8 mW par cm² actuellement, cette biopile peut alimenter différents dispositifs de santé (capteurs, MEMs, microcontrôleurs, dispositifs de stockage, RFID, NFC, Bluetooth, etc.). En parallèle, BeFC conçoit la plateforme de fabrication de ses piles avec le lancement d’une première unité de production à Grenoble, d’une capacité de 100 000 piles par jour d’ici fin 2022 ou début 2023. Elles seront destinées notamment aux marchés de l’emballage et des dispositifs médicaux dans un premier temps.

Laurent Marchandiau

Infos clés

Fabricant de piles écologiques et durables 

Grenoble

23 personnes 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Leave this field blank

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner