Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Industrie — Le 6 mai 2019

Ethera enrichit sa gamme de capteurs de qualité de l’air

Le lancement de R-Check, tout dernier détecteur de formaldéhyde* miniaturisé, constitue un nouveau jalon dans la croissance de la société. Ethera étend également sa palette de solutions professionnelles innovantes visant de nouveaux marchés pour l’analyse et l’amélioration de la qualité de l’air intérieur.

Clément Schambel, de la société Ethera
Clément Schambel, directeur marketing et ventes de la société © F. Ardito

R-Check est une petite station grand public dotée d’un capteur couplé à une application mobile qui détecte et analyse en une heure à domicile la concentration de formaldéhyde, de particules fines et de COV (composés organiques volatils). Sa version simplifiée Feel’air, sans électronique, permet une estimation en 24 heures. Elle est commercialisée auprès des collectivités et mutuelles pour sensibiliser le grand public à la présence de ces polluants chimiques invisibles et procurer des conseils visant à assainir l’environnement”, expose Clément Schambel, directeur marketing et ventes. Ces innovations complètent la gamme d’instrumentation NEMo et de granulés de filtration, issus de la technologie unique d’Ethera. Celle-ci piège et concentre les polluants ciblés dans des substrats nanoporeux, qui se colorent selon leur concentration.

De grandes ambitions affichées

Disponibles en version portable, murale et extérieure, les kits de diagnostic NEMo ontéquipé majoritairement jusqu’en 2018 les ERP (Établissements recevant du public). “Depuis, nous avons élargi nos cibles à l’industrie, au green building et smart cities, mais aussi aux piscines pour y déceler la trichloramine. Sur ces marchés, nous visons une progression énorme.” Ethera, qui développe actuellement un produit pour détecter le radon, améliore aussi les fonctions de connectivité IoT pour ses appareils. La société structure en parallèle son réseau de distributeurs afin d’assurer son déploiement à l’international.
A. Zylberberg

* Polluant classé cancérigène certain depuis 2004, le plus présent dans l’habitat. Il est issu d’un solvant de colle très utilisé dans l’industrie, mais aussi produit par nos activités (encens, cheminée…).

Infos clés

  • Fabrication d’instrumentation scientifique et technique
  • Crolles
  • 20 personnes

A savoir

Commentaires 1

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner