Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Industrie — Le 21 octobre 2022

Rien n’arrête TCS Tôlerie

Créée en 1982 par 30 salariés, la Scop TCS Tôlerie a fidélisé des clients dans le bassin grenoblois et bien au-delà. Depuis 2011, elle a presque doublé son chiffre d’affaires. Et ni le Covid ni la guerre en Ukraine ne ralentissent son élan.

Les membres du directoire, Jérémy Gozzo, Youssouf Djabre et Patrice Ivens, entourent Roberto Russello, au premier plan. Au deuxième plan, le conseil de surveillance : Raouf Hachani, Steve Charbonnel et Alberto Rocha © J.-M. Blache

L’histoire de TCS Tôlerie est un cas d’école dans le monde des Scop (Sociétés coopératives ouvrières de production). L’entreprise est née en 1982, sur fond de grève et de plan social chez Rabilloud, à Seyssinet-Pariset, suite à l’annonce du licenciement de plusieurs dizaines de salariés. Mais 30 d’entre eux fondent un collectif et occupent l’usine : ils veulent reprendre l’activité sous forme de Scop. Après quatre mois, la direction cède. Les grévistes acquièrent l’outil de production pour un franc symbolique et créent une société à laquelle ils sont les seuls à croire. Pourtant, ils trouvent vite un premier client, puis d’autres… De cette « première génération » il ne reste qu’un salarié en activité, Roberto Russello, toujours aussi impliqué dans l’aventure. Une deuxième, puis une troisième génération ont œuvré à la réussite de l’entreprise.

Poêles à granulés, bornes de péage, signalétique…

TCS Tôlerie compte aujourd’hui plus de 200 clients et s’est spécialisée dans la petite et moyenne série et positionnée sur des marchés porteurs : poêles à granulés, bornes de péage autoroutier, signalétique urbaine… Ses 35 salariés sont actionnaires, élisent le conseil de surveillance et se répartissent à parts égales la participation et les bénéfices ; la rentabilité nette était de 4,7 % en 2020. L’entreprise ne compte aucun cadre. Jérémy Gozzo, le président du directoire, gère le service expéditions ; il a succédé en 2019 à Patrice Ivens, le responsable qualité. « Nous accordons beaucoup d’attention au confort des salariés, explique ce dernier, en adaptant notamment les horaires et le rythme hebdomadaire à leurs contraintes personnelles. Résultat : ils sont investis et engagés. S’il faut travailler plus ou venir un samedi pour une commande urgente, tout le monde est sur le pont. » Le Covid n’a stoppé l’entreprise que trois jours. La guerre en Ukraine, si elle a fait exploser le coût de l’aluminium, de l’acier ou de l’inox, n’a pas ralenti l’activité. « Notre préoccupation du moment, c’est la pénurie de professionnels en tôlerie. Nous avons très peu de départs, mais ils sont difficiles à remplacer. » La Scop cherche en particulier des bacs pro en mécanique.

B. Playoust

Infos clés

Réalisation de sous-ensembles mécanosoudés et de pièces de tôlerie

Pont-de-Claix

35 salariés

CA prévisionnel 2022 : 4,5 M€

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Leave this field blank

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner