Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Commerce — Le 12 novembre 2018

Veertus, la cabine d’essayage qui facilite l’acte d’achat

© E. Tolwinska

Fondée fin 2017 à Grenoble par Jean-Marie Caoudal, la start-up Veertus développe une nouvelle expérience du shopping. Sa cabine d’essayage équipée de multiples capteurs est capable de déterminer la silhouette de l’individu. À partir de ces critères morphologiques et stylistiques, et grâce à des briques technologiques (3D, intelligence artificielle), l’application Veertus envoie sur le mobile de la personne des suggestions de vêtements lui correspondant. « Nous proposons une solution drive-to-store grâce à une expérience utilisateur unique, explique Jean-Marie Caoudal. À partir de nos recommandations personnalisées, le consommateur n’a plus qu’à se rendre en magasin pour essayer. Des promotions peuvent être accordées par les marques au client venu grâce à notre application. » Testée en avant-première en octobre à Grand’Place, Veertus a l’ambition de s’implanter rapidement dans les centres commerciaux. La start-up vise 30 à 50 centres d’ici cinq ans. Une première levée de fonds de 100 k€ cet été lui a permis de financer plusieurs briques technologiques. Elle ambitionne une seconde levée de 1,5 M€ courant 2019 pour le déploiement de sa solution dans les 15 premiers centres commerciaux.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner