Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Ils font l'actu — Le 31 mai 2021

Christophe Aribert : « La Restauration est prête ! »

En février 2019, après 15 ans passés au Grand Hôtel d’Uriage, le chef Christophe Aribert inaugurait sa propre Maison. Après trois confinements successifs, il rouvre ses portes en grand, avec des envies renouvelées. Il mène encore deux projets entrepreneuriaux, à Saint-Martin-d’Uriage et à Grenoble. Mise en bouche…

Christophe Aribert © F. Ardito
Christophe Aribert © F. Ardito

À l’heure de la réouverture, comment vous sentez-vous ?

Christophe Aribert : Bien, et même super bien ! Cela fait six mois que nous avons dû fermer et que nos 30 salariés attendaient la reprise. Toute l’équipe est à pied d’œuvre. Nous avons bien sûr fait du click and collect. Mais la préparation de 150 à 200 paniers chaque week-end équivaut à peu près au nombre de couverts assurés par jour en temps ordinaire. Nous sommes donc loin du compte. Nous avons aussi cuisiné entre 6 000 et 7 000 repas offerts au personnel des hôpitaux. Cela permettait de maintenir la motivation et de continuer à créer. Et toujours, d’exercer ce métier passion…

Les pertes ne sont-elles pas irréversibles, alors que vous fêtiez tout juste un an d’activité en mars 2020 ?

J’ai tout de suite mis à profit le premier confinement pour changer de mode de fonctionnement et me ressourcer. La Maison était en fait pensée, sans l’avoir anticipé, pour encaisser des coups durs. Bioclimatique, elle ne consomme pas beaucoup d’énergie, nos loyers sont peu élevés, et l’essentiel de nos achats sont réalisés avec des producteurs locaux. Ce sont plutôt eux qui avaient besoin de notre soutien. Les aides sont aussi venues très vite. J’ai donc pris les choses telles qu’elles arrivaient. Et un fantastique soutien a été apporté aux restaurateurs. Ces dynamiques-là faisaient du bien.

Avant même le déconfinement, France 2 a choisi en avril de vous consacrer l’émission « 13 h 15, le samedi ». Quel retour faites-vous de cette expérience médiatique ?

Il n’y a pas une personne qui ne m’en parle, qui n’ait été émue et interpellée par ce documentaire. J’ai reçu beaucoup de messages, de multiples sollicitations extérieures, des témoignages d’amitié de grands chefs comme Michel Troisgros, ou de jeunes restaurateurs qui se retrouvaient dans cette façon de travailler. L’émission était très réussie. Mon métier me comble et cela se voit. Je retrouvais toutes les dimensions qui font ce que je suis : mon lien avec la terre, l’agriculture, les producteurs locaux qui offrent des produits de qualité. Mais aussi mes valeurs de simplicité, de spiritualité, mon admiration pour le sport de haut niveau, le personnel hospitalier… Recevoir autant d’amour après cette émission m’a regonflé. Je repars avec plein d’envies et d’idées.

Quels sont vos projets ?

Nous disposions déjà de cinq chambres dès la création de la Maison pour les clients du restaurant gastronomique souhaitant demeurer sur place. Ce n’est pas suffisant. Les clients, y compris ceux de la région, désirent se ressourcer ici tout un week-end. J’ai donc repris à un particulier une vieille bâtisse, à 50 mètres, qui permettra de recréer cinq chambres d’hôtes supplémentaires. En plus des 60 couverts du restaurant gastronomique, et des 100 à 150 couverts de notre café bistronomique à Saint-Martin-d’Uriage, j’ai été sollicité par le Crédit Agricole pour ouvrir une brasserie sur la Presqu’île. Elle sera située dans le bâtiment Y.Spot, dédié à l’innovation ouverte du CEA, construit par la banque. Je crois beaucoup à ce quartier, bientôt relié par le téléphérique. La brasserie de 100 couverts fonctionnera midi et soir, sept jours sur sept. Elle proposera une cuisine à la fois simple et de qualité. J’investis ici en tant que propriétaire du fonds de commerce. Côté décoration, nous aurons 500 m2 à aménager, dans des locaux en étage surélevé, ouverts sur les sommets.

La crise ne vous freine pas dans la prise de risques…

Même après une telle crise, je reste positif. La profession doit croire en ses atouts. Nous allons y arriver, en restant solidaires entre nous, avec les producteurs qui offrent des produits magnifiques, et nos clients qui nous expriment leur attachement.

É. Ballery

Infos clés

  • Restauration gastronomique, bistrot, hébergement,
    événementiel
  • Deux étoiles et un macaron vert au Guide Michelin, quatre toques au Gault et Millau
  • 30 salariés, de l’apprenti au chef de rang
  • Deux adresses à Saint-Martin-d’Uriage : Le Café A et La Maison Aribert

A savoir

  • L’ouverture de la brasserie à Grenoble, est prévue au 15 février 2022

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner