Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Ils font l'actu — Le 31 août 2020

Les mesures de soutien à l’apprentissage

Pour ne pas voir s’enrayer la dynamique née de la réforme de l’apprentissage, le gouvernement a adopté en juin un plan incitatif de relance. Objectif : réduire drastiquement le coût du recrutement d’un apprenti pendant la première année de contrat. Il s’agit d’inciter les entreprises à maintenir leurs recrutements, malgré un contexte économique assombri.

© AdobeStock

La fin d’une embellie sur le front de l’emploi ? Après 359 000 créations nettes d’emplois en 2019, venant après 225 000 emplois de plus en 2018 (sur 28,5 millions de personnes en emploi à fin 2019 en France), les projections pour le second semestre 2020 et l’année 2021 sont nettement plus inquiétantes. Le taux de chômage, tombé à 7,6 % au 1er trimestre 2020, pourrait repartir en flèche à partir du second semestre. Ainsi, selon les projections publiées en juin par la Banque de France, “après avoir été amortie par le dispositif de chômage partiel, la détérioration du marché du travail serait retardée, mais importante. Le taux de chômage pourrait connaître un pic supérieur à 11,5 % mi-2021. Il diminuerait ensuite progressivement en dessous de 10 % fin 2022”.

Rattraper le retard français

Une mauvaise nouvelle pour l’apprentissage. Tout juste réformé par la loi du 5 septembre 2018 (Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel), et rendu plus attractif en termes d’image et de rémunération pour les jeunes, l’apprentissage connaissait enfin l’amorce d’un décollage. Selon le ministère du Travail, les effectifs d’apprentis ont atteint 491 000 à fin 2019, soit 16 % de plus qu’en 2018. Le seuil de 400 000 apprentis ne représente toutefois que 7 % de la classe d’âge des jeunes de 16 à 25 ans. Et les pays européens qui connaissent un faible taux de chômage des jeunes approchent ou dépassent plutôt un taux de 15 % dans cette tranche d’âge… Or les jeunes Français sont, eux, confrontés à un taux de chômage élevé (près de 20 %), supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE.

Alerte rouge sur l’apprentissage

Dans un contexte toujours marqué par les difficultés d’insertion des jeunes sur le marché du travail, et face à une détérioration certaine de la situation, il y avait désormais urgence. “Dans quelques semaines, 700 000 jeunes vont arriver sur le marché du travail et risquent de trouver porte close”, a souligné le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire le 22 juin. Il s’est montré déterminé à poursuivre la “véritable révolution culturelle sur l’apprentissage” instaurée par la loi du 5 septembre 2018. Plusieurs mesures de soutien ont donc été actées en juin et juillet derniers. Première d’entre elles : le plan de relance de l’apprentissage.

Des aides incitatives

Ce plan instaure une aide financière de 5 000 euros pour les apprentis mineurs et 8 000 euros pour les apprentis majeurs, en direction des employeurs. Pour les jeunes entrant en formation entre le 1er août et le 31 décembre 2020, un délai de six mois leur est accordé pour trouver une entreprise avec laquelle signer un contrat (contre trois auparavant). Pendant cette durée, les jeunes peuvent rester en centre de formation des apprentis, qui est financé pour assurer leur accueil. Enfin, chaque jeune qui a fait un vœu sur Parcoursup pour aller en apprentissage reçoit au moins une proposition. Avec ces mesures, le gouvernement a souhaité alléger la charge pour les entreprises, et même rendre le coût de l’apprentissage quasi nul la première année. Il s’agit donc d’inciter les employeurs à ne pas revoir à la baisse leurs effectifs d’apprentis, en dépit d’horizons économiques devenus incertains. Reste que dans le secteur très impacté du tourisme, de la restauration, de l’événementiel, il sera difficile pour les entreprises, souvent des TPE et PME, de reconduire les effectifs habituels d’apprentis.

Une mobilisation générale pour l’emploi des jeunes

Lors de son discours du 14 juillet, le chef de l’État a également annoncé des dispositions plus générales destinées à favoriser l’embauche de jeunes. Parmi celles-ci : l’exonération de charges jusqu’à 1,6 Smic, pendant un ou deux ans, pour tout recrutement. Plus de 200 000 embauches pourraient ainsi se trouver sécurisées. Cette mesure s’accompagnerait de 100 000 places supplémentaires en service civique, en plus des 140 000 déjà disponibles.En outre, 300 000 projets ou contrats d’insertion, pour des jeunes n’ayant pas réussi à trouver une entreprise en contrat d’apprentissage, seraient proposés, ainsi que 200 000 places en formation qualifiante supérieure pour des jeunes sans perspective d’embauche, avec accompagnement social. Dans une situation inédite, c’est ainsi une mobilisation générale qui se dessine pour une génération confrontée aux difficultés d’intégration dans le monde du travail.
É. Ballery

A savoir

Le gouvernement est déterminé à poursuivre la “véritable révolution culturelle sur l’apprentissage”.

Aide exceptionnelle au recrutement des apprentis
Aide financière de : 5 000 € pour un apprenti de moins de 18 ans 8 000 € pour un apprenti majeur par contrat préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle (bac+3 – niveau 6 du RNCP)
 
Pour les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021, cette aide sera versée :
• aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition
• aux entreprises de plus 250 salariés, à la condition qu’elles s’engagent à atteindre le seuil de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation dans leur effectif en 2021, selon des modalités définies par décret.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner