Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Innovation — Le 1 avril 2020

La rupture thérapeutique de Diabeloop entre en phase d’hypercroissance

Après avoir réalisé la plus importante levée de fonds de l’intelligence artificielle thérapeutique en 2019, Diabeloop a été sélectionnée en janvier parmi 120 start-up françaises les plus prometteuses. Elle bénéficiera, avec le programme French Tech 120, d’un accompagnement complet pour réaliser son développement en France et à l’international. Portrait d’une success-story des medtechs, en hypercroissance.

Erik Huneker et Marc Julien co-dirigent la société initialement créée par le docteur Guillaume Charpentier © Diabeloop

La mission de Diabeloop consiste à automatiser le traitement du diabète de type 1. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Erik Huneker : En France, on estime à environ 250 000 le nombre de personnes, y compris des enfants, vivant avec un diabète de type 1. Elles se voient contraintes de contrôler leur taux de glycémie plusieurs fois par jour et de s’injecter de l’insuline en fonction du résultat. C’est une maladie pour laquelle il n’existe aucune généralisation possible. Elle affecte aussi bien une ancienne Première ministre du Royaume-Uni que des personnes dans l’incapacité de travailler du fait de leur pathologie. Un point est sûr : les impacts du diabète en termes de qualité de vie sont majeurs et s’expriment dans tous les instants du quotidien. Or, pour ces patients, Diabeloop apporte une innovation de rupture. Notre système de délivrance automatisée d’insuline permet, au moyen d’un capteur, de mesurer en continu le taux de glycémie, pendant qu’une pompe délivre la dose d’insuline à injecter. Tout est géré par l’intelligence artificielle, sans l’intervention du patient. Les informations du capteur sont transmises par Bluetooth au terminal, et traitées par notre algorithme qui commande la pompe. Notre système vise à alléger la charge mentale des personnes qui ont un diabète de type 1. Il permettra à beaucoup d’entre eux d’avoir une vie la plus proche possible de la normale.

En quoi les solutions d’intelligence artificielle se révèlent-elles décisives ?

Le système développé avec le CEA-Leti est auto-apprenant, et dispose de trois grands niveaux d’apprentissage. Le premier a été consolidé à partir d’une base de données cliniques de 1 500 patients, qui a permis de comprendre la physiologie du diabète de type 1. Les deux autres prennent en compte le style de vie, et les besoins en insuline du patient. Ainsi, la seconde boucle d’auto-apprentissage tient compte des temps courts et des évolutions physiologiques d’un patient à un instant t. La troisième rétroagit en enregistrant les besoins sur des temps plus longs : est-ce que les besoins en insuline sont plus importants la nuit que le jour, comment évoluent-ils en fonction de l’activité physique, de la prise d’un repas, etc. Au fur et à mesure, le système apprend à partir des données patients et anticipe.

Où en êtes-vous aujourd’hui du développement de la solution, et quels sont ses résultats constatés ?

Aujourd’hui, plus de 200 patients ont porté et testé le système, qui montre déjà une très grande fiabilité : les glycémies sont désormais beaucoup plus stables, on observe une amélioration de la qualité de vie, certains témoignant de pouvoir enfin bien dormir la nuit… Notre premier dispositif, le DBLG1, a obtenu le marquage CE et l’autorisation de mise sur le marché en France et en Europe. Un dossier de remboursement a été déposé pour une prise en charge par la Sécurité sociale en France et les organismes payeurs en Allemagne. Le déploiement en Europe constitue notre priorité, tout en menant, en parallèle, l’instruction d’un dossier de qualité réglementaire aux États- Unis. Nous continuons également à améliorer l’algorithme et ajouter de nouvelles populations, comme les enfants, dans le système d’apprentissage. Ces trois objectifs courent jusqu’à 2022. Ils correspondent à l’horizon de la dernière levée de fonds (31 M€ levés en décembre 2019), et font l’objet d’un accompagnement dans le cadre du programme French Tech 120.

Comment évoluera la société ?

Implantée au BHT2 du CEA, Diabeloop occupe actuellement plus de 70 personnes, dont les deux tiers à Grenoble. Notre effectif pourrait être multiplié par deux en 2020, pour étoffer les équipes sur la qualité réglementaire, la R&D et les data sciences, et le développement informatique. Notre production reste quant à elle limitée. Pour la fabrication des dispositifs, nous nous appuyons sur des partenaires européens et américains.

L’implantation à Grenoble représente-t-elle un plus ?

J’ai vécu quatre ans dans la Silicon Valley, et par rapport aux Américains, les Français sont très forts pour se dévaloriser. À l’inverse, la France dispose plutôt de vraies avances en termes de technologies, sur l’intelligence artificielle en particulier. Dans les medtechs aussi où, en écoutant les besoins des patients et des médecins, il est possible d’apporter de vraies innovations. Grenoble nous fournit de grands atouts dans ces domaines, par la présence du CEA, de formations en intelligence artificielle de très haut niveau... L’environnement y évolue à toute vitesse.
É. Ballery

Infos clés

  • Activité : gestion automatisée du traitement du diabète de type 1
  • Création en 2015 par le docteur Guillaume Charpentier, aujourd’hui
    directeur médical de Diabeloop
  • Codirigeants : Erik Huneker et Marc Julien
  • lus de 70 personnes
  • Sélections et distinctions
    - Start-up de l’année 2019, décerné par EY (septembre 2019)
    - Prix InnoEIT du réseau EIT Health pour son projet de dispositif destiné aux enfants (octobre 2019)
    - Programme européen Horizon 2020 IPME Phase 2
    - Lauréate du programme French Tech 120

A savoir

  • L’Europe compte un million de patients diabétiques de type 1.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner