Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Commerce — Le 6 avril 2020

Pâques : le son de cloche des chocolatiers

Les fêtes de Pâques auront une saveur particulière cette année. Achat plaisir, le chocolat ne fait pas partie des produits de première nécessité. Les chocolatiers, inquiets, ont dû s’organiser pour produire et livrer à temps. Exemples dans la région.

Les oeufs en chocolat de Sandrine Chappaz
Les oeufs en chocolat de Sandrine Chappaz © S. Chappaz

Après avoir fermé une semaine en mars, suite à l’annonce du confinement, le chocolatier Bonnat, à Voiron, a été contraint de réouvrir. Explication : « Nous sommes assimilés à la famille de la confiserie parmi laquelle on compte de grands industriels, tels Nestlé ou Mars, qui approvisionnent les grandes surfaces et se doivent donc d’assurer la production. Ce n’est pas notre cas ! », s’insurge Stéphane Bonnat. Aujourd’hui, son laboratoire-point de vente voironnais tourne en effectif réduit avec six personnes au lieu de 42 en temps normal. « Nous ouvrons la boutique deux heures par jour, par obligation. Mais si nous voyons dix clients, c’est une bonne journée ! » Stéphane Bonnat a décidé, par contre, de fermer son magasin parisien situé dans une zone très touristique. Si la clientèle ne se déplace plus guère, elle achète en ligne : pour certains produits, les ventes se multiplient sur Internet. Les moulages de Pâques restent, eux, bien trop fragiles pour être expédiés par voie postale. 

Des inquiétudes pour l’avenir

Autre souci pour le célèbre chocolatier : son approvisionnement en cacao. « Nous travaillons habituellement 40 cacaos différents, nous en avons seulement 20 en stock aujourd’hui. La moitié de nos approvisionnements sont bloqués aux Pays-Bas. Nous allons devoir bientôt arrêter la production... » Et le chocolatier se montre inquiet : aujourd’hui, il n’a aucune visibilité sur les aides financières qu’il pourrait obtenir. Si des annonces gouvernementales ont bien été faites, encore faudra-t-il attendre les décrets d’application pour y voir plus clair.

Une production anticipée

La gamme Magicus Paquis de Thierry Court
La gamme Magicus Paquis de Thierry Court © Th. Court

A Grenoble, la Maison Thierry Court fait elle aussi face comme elle peut. Le médiatique chocolatier (vainqueur 2017 de l’émission “Le Meilleur pâtissier - les professionnels” sur M6) emploie six salariés en temps normal. Aujourd’hui, la moitié de son effectif est en chômage partiel. Pour autant, la production des œufs de Pâques ne s’en est pas trop ressentie. « Nous commençons à préparer la période pascale début février, explique l’artisan. Tous nos moulages classiques étaient déjà fabriqués avant l’annonce du confinement. »

Connu pour l’originalité de ses créations, Thierry Court avait choisi de s’inspirer cette année de l’univers d’Harry Potter. « Devant le succès de notre collection Star Wars de l’an dernier, nous avions prévu une production plus importante avec 800 sujets en chocolat. » 

La question cruciale de la livraison

Depuis la crise, le chocolatier fait preuve d’imagination pour livrer ses créations. « Nous avons décidé d’ouvrir notre boutique le matin seulement, avec forcément moins de passages qu’en temps normal. Le site de vente en ligne reste bien sûr toujours opérationnel. Malheureusement, la Poste a bloqué le service Colissimo. Nous avons dû nous adapter et avons rajouté une option de livraison en point relais ainsi qu’à domicile avec, notamment, la possibilité de commandes groupées gratuites entre voisins. » Les quatre boutiques de la laiterie Gilbert (Grenoble, Moirans, Montbonnot et Vif), L’Epicerie, à Uriage, et la Maison Dani, à Biviers ont joué le jeu pour proposer ses figurines en chocolat. Thierry Court peut aussi compter sur la distribution dans ses points de vente parisiens, à la Grande Epicerie de Paris et à la Maison Plisson. Ses autres lieux de référencement sur la capitale, au Printemps du Goût et aux Galeries Lafayette, où il est rentré il y a un peu moins d’un an, ont été contraints de fermer. 

Le lama en chocolat signé Anne-Lise Signouret
Le lama en chocolat signé Anne-Lise Signouret © Signouret

 

Autre exemple sur Grenoble : la chocolaterie d’Anne-Lise Signouret, inaugurée en 2018. Si elle  reste bien ouverte cette semaine et propose toujours, en parallèle, la vente en ligne, elle a mis exceptionnellement en place, pour Pâques, des livraisons à domicile pour les habitants du centre-ville grenoblois.

 

Une baisse attendue du chiffre d’affaires 

Pour la profession, Pâques constitue le deuxième plus important événement de l’année après Noël. Pour la Maison Bonnat, ces fêtes représentent en temps normal 20 % minimum du chiffre d’affaires. Stéphane Bonnat ne peut, pour l’heure, estimer le manque à gagner pour 2020. « Pâques, c’est 15 à 18 % de notre chiffre d’affaires. Cette année, nous ferons moitié moins », estime, de son côté, Thierry Court.

Même son de cloche du côté de Sandrine Chappaz, à Saint-Laurent-du-Pont qui table, elle aussi, sur une baisse de son chiffre pour la période. La chocolatière ne dispose pas de boutique, mais la clientèle se rend généralement directement dans son laboratoire. Aujourd’hui, elle reste ouverte au public, mais peu de monde se rend sur place. Elle a aussi dû réduire ses effectifs de moitié, passant de quatre postes et demi à deux. « Nous avions anticipé les fêtes de Pâques et toute la production était terminée au moment du confinement, précise-t-elle. Ne restaient plus que le montage et le conditionnement. La Poste de Saint-Laurent-du-Pont ayant fermé, nous avons dû arrêter les expéditions par ce moyen. Avec mon mari, nous nous sommes organisés pour proposer la livraison gratuite à domicile dans un rayon de 20 à 25 km. Si nous arrivons à écouler tout ce que nous avons produit, nous serons satisfaits ! »

Sortir de la crise

Sandrine Chappaz pense déjà à « l’après »: « au sortir du confinement, les gens voudront fêter ça, se retrouver ensemble, je pense qu’il y aura de la demande. Je réfléchis à une offre spéciale pour l’occasion. » Et puis cette remise en cause des canaux de distribution peut être positive. Sandrine Chappaz reconnaît que la livraison constitue un nouveau moyen de distribution qu’elle pourrait mettre en place. Autre constat : « pendant cette période, les gens retrouvent le goût pour les produits locaux. Je suis sûre que cette attitude se renforcera encore après la crise. »

Pour Stéphane Bonnat qui réalise un tiers de son chiffre d’affaires à l’export, la situation est plus complexe : « concernant la pandémie, Il existe un décalage de quatre à six semaines avec le reste du monde. Autrement dit, lorsque que la France sortira du confinement et que nous pourrons produire à nouveau, nous serons au début de l’été, ce qui n’est pas la meilleure période pour apprécier le chocolat… Pour le reste du monde, il faudra encore attendre, la consommation ne devrait reprendre qu’en septembre-octobre. » 

F. Combier

En images

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner