Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Start-up — Le 31 mai 2021

Enea Sens magnifie les résidus de conifères

Parvenir à transformer les aiguilles de conifères en produits de phytothérapie bio ? Tel est le défi réalisé par la start-up Enea Sens, fondée en février 2020. Une initiative inédite d’upcycling menée en circuit court.

Nicolas Blaser, fondateur d’Enea Sens © E. Tolwinska

Après une quinzaine d’années d’exploitation forestière, Nicolas Blaser a mis deux ans et demi à élaborer son projet, avant de créer Enea Sens. L’idée, nourrie par ses échanges informels avec son ami Mareb Bashmilah, docteur en pharmacie, devenu son associé, est de procurer une seconde vie aux déchets de sapins. « Personne ne se préoccupe des aiguilles de conifères, une ressource abondante dans les Alpes. Or, elle possède des actifs intéressants pour la cosmétique, l’alimentaire et l’aromathérapie. Nous sommes parvenus à les modéliser pour les réintroduire dans notre gamme de produits », relate Nicolas Blaser.

© E. Tolwinska
© E. Tolwinska

Améliorer sans relâche l’empreinte écologique

Enea Sens intervient juste après les coupes de conifères, identifiées par le réseau de Nicolas Blaser dans différents massifs, pour récupérer des branches fraîches habituellement jetées ou abandonnées. Une fois broyées, les aiguilles sont distillées par vapo-distillation dans la Drôme, ce qui permet d’obtenir des huiles essentielles aux principes actifs de grande qualité. Ensuite conditionnées, elles sont prêtes à être utilisées pures dans des formulations propres à Enea Sens, ou bien commercialisées comme matière première auprès de marchés industriels. « Nos cosmétiques – spray purifiant, hydrolat, baumes de soins et huiles de massage – sont fabriqués à Rumilly, et nos infusions enrichies d’huiles essentielles à Roanne. Tous ces produits sont distribués par des magasins bio et pharmacie, mais aussi en vente sur notre site. » Quant aux déchets de distillation, Enea Sens a souhaité les exploiter eux aussi comme matière première. Ils sont donc acheminés vers la centrale de cogénération Biomax de Grenoble-Alpes Métropole. Lauréate du réseau entreprise Isère, la jeune pousse ambitionne d’ici cinq ans d’atteindre un chiffre d’affaires de 1 M€, avec un effectif de cinq ou six personnes.

A. Zylberberg

Infos clés

  • Fabrication d’huiles essentielles
  • Veurey-Voroize
  • Nom commercial : Alpes Cambium
  • Distribution dans une centaine de points de vente
  • CA 2020 : 280 k€

A savoir

  • Nous sommes signataires du label 1 % pour la planète et partenaires des pépinières Naudet, leader français du reboisement forestier.
© E. Tolwinska
© E. Tolwinska

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner